The theme of our competition this year was “Ponts, liens entre deux mondes” – Bridges, link between two worlds. We have received wonderful poems from our students which you will be able to discover on this blog in the next few weeks.

Here is Helen’s poem, Le Pont Ceret, talks about the bridge being a witness of history passing by:

Le pont du diable
A Céret, construit il y a sept siècles était le

Plus grand pont en arc du monde à l’époque
Où maintenant jouent les enfants dans l’eau peu
profonde qui coule sous ses arbres
Ne pensent-ils pas à son histoire violente et à
Toutes les guerres qu’il avait vues?

Canigou, la montagne symbolique de Catalonia
Est proche, et garde tous les enfants qui
Rient et jouent dans l’eau qui vient de la montagne
Et qui coule toujours vers la côte méditerranée
Témoin du passé, du présent et pour toujours

This is Kevin’s poem also about past, present and future:

Le Pont d’Esprit

Passer du passé à l’ avenir
Sur le pont d’esprit
D’où expérience brûle la peau
Au temps lourd et fugace

Sur le pont d’esprit
Les premiers pas déjà obscur
Les derniers de même
Le point atteint est inconnu
Mais serait doux

John’s beautiful poem also talks about history, and Franco English rivalry, as well as friendship, Le Pont Godeau:

Le vieux pont grisâtre enveloppé de verdure,
Où Thomas de Lancastre, prince anglais arrogant,
Fit face à son trépas dans la guerre de cents ans,
Berce le chétif ruisseau clapotant de murmures.

Une lutte sanglante entre village et vallée
Contre les maudits Goddams puant fort la bière.
Oubliez Azincourt, braves Franҫais fiers!
L’envahisseur, battu, saigne loin de Calais.

La maison de mémoires guette le coin de la rue,
Hébergeant des amis, les lézards assidus.
Nos années d’entente coulent sans ennemis,
Mȇme Guy le fouineur nous reste cordial
Quand je gare la voiture d’une façon ‘pas normale’,
Deux arches francophiles, rédemptrices pour jadis.

 

Nick’s witty take on our theme:

Le Pont qui traverse sa vie

Les canards arrivent sous le pont.
Qu’est-ce qu’ils font?
Ils volent, ma puce, ils volent.
Tu veux les nourrir?
Non.

Sous le pont les hurlements de l’enfant
Font echo.
Sa peur revient
Coin-coin.

Comme homme du peuple il est costaud.
Mais dans ses rêves profonds
Les connards arrivent sur le pont.
Qu’est-ce qu’ils font?
Ils volent, ma femme, ils violent,
Il y a, il faut qu’on
Coin-coin.

Détruisons les ponts
Construisons des murs
Ne laissons pas entrer les canards.
Les canards? T’es sûr?
Coin-coin.

Dans le noir à la fin
De sa vie
Il se dit
Néanmoins, je suis fier
D’être toujours resté
Tout seul dans mon propre coin.
Coin-coin.

 To finish with the wonderful poem by Anne, inspired by French poet Baudelaire:

Le Pont 

Le pont majestueux reste en suspens dans l’air.
Sa structure élégante, ornée de lumières
Plane au dessus de la longue rivière.
Un lien incontournable entre deux sphères.

Ce pont renommé trône depuis cent cinquante ans.
Il unit les quartiers mondains et verdoyants.
Si apprécié par tous; hommes, femmes et enfants.
On flâne, on prend des photos, en s’émerveillant.

Ce beau pont gracieux, enchanteur et prisé
Relie les falaises et traverse la reculée
Où coule la rivière, large mais encaissée.

Mieux vaut admirer ce pont du génie Brunel,
Cette belle construction exceptionnelle,
Qu’applaudir un mur, néfaste, irrationnel.

 

Well done to our very talented students! If you are thinking of joining us in September, we can already meet you now to assess your level. Send us a message below!

Fields marked with an * are required