Students learning French in one of our online groups have created this amazing poem about lockdown (le confinement). Well done to all participants! Play a short game with us underneath; can you link the right stanza with the right person?

 Marie-Christine:  Je voulais que mon groupe du mercredi soir découvre le grand chanteur et poète qu’était  Georges Brassens et de fil en aiguille ( one thing leading to another)  nous en sommes arrivés à ce poème écrit avec la participation de tous grâce à ce merveilleux outil qui nous permet de travailler ensemble- Google documents. Une fois  toutes les strophes écrites, le groupe a dû décider comment ordonner toutes ces strophes afin de donner une cohérence à notre poème. Je trouve que le résultat est excellent et je suis très fière du petit chef-d’œuvre écrit par mes étudiants. Quant à ma petite participation, je voulais tout simplement partager ce qui m’avait le plus privée pendant le premier confinement. 

 Je vous invite à lire ce que chaque étudiant a écrit pour expliquer comment il/elle est arrivé(e) à sa strophe.  Pour vous amuser, il y a un petit exercice à la fin et vous devez deviner, d’après ce que chacun a écrit, qui a écrit telle strophe.

1
Je n’aime pas le virulent COVID-19
Personne le dimanche pour manger du boeuf
Travailler tout seul, la vie du télétravail,
Putain, quel cauchemar, serais-je un cobaye?
2
Plus de pots avec les copains
Plus aucun repas partagé
Plus de voyages à l’étranger
Tous, isolés dans notre coin
3
Files d’attente pour les supermarchés,
Pas de pâtes, ni pain, ni lait
Étagères vides
Pas de papier toilette, pas d’argent liquide
4
J’entends l’horloge qui sonne sans cesse
Pourtant les jours passent sans vitesse
Tuer le temps, j’en ai ma claque
Dans l’atmosphère l’assassin me traque
5
Voyant le changement de la situation
Les chiffres de COVID montent comme une inondation
Pas d’école pour les élèves
La vie normale J’en rêve
6
Mais, pour moi. Quel est le sort promis?
Je ne verrai plus mes proches, mes amis
Je suivrai mon chemin tout seul
Je dirais au diable : “ ta gueule”
7
Travailler ou ne pas travailler?
Telle est la question
Nous écoutons Boris Johnson
C’est mauvais pour la digestion
8
Au printemps on se promenait sans soucis
Profitant des arbres, tout fleuris
Maintenant que l’Automne porte la pluie
Une solitude plus forte nous envahit
9
Faut pas être trop découragés quand même,
les positifs il y en a plein.
Les voisins plus sympa, les rues endormies
Et partout la merveille de la nature qui fleurit.
10
Mais la méthode scientifique
Nous a livré un sacré butin
Une sortie de cette vie onirique
La découverte d’un vaccin!
11
Je te remercie virulent 19
Merci, désormais je garde tout le boeuf
Merci pour la solitude au travail
Merci, car ça me plaît d’être cobaye

Nick:

Pourquoi le groupe du mercredi soir de Marie-Christine a écrit un poème? Une question à laquelle il est facile de répondre.C’était nos devoirs (mais après avoir étudié une chanson de George Brassens et la structure de la poésie) !

Mais comment l’avons-nous écrit? C’est  une histoire bien différente.

Il a fallu trouver un sujet sur lequel tout le monde pouvait écrire. Dès que Marie Christine nous a donné nos devoirs, j’ai décidé de commencer le poème, pensant à quelque chose qui nous a touché. Il n’y en avait qu’une seule; le confinement. Alors, j’ai écrit deux strophes, chacune de quatre mètres et je les ai partagées, par Google Docs pour que le groupe puisse ajouter leurs contributions. 

Esme

Au début, j’ai dû penser à un sujet pour ma strophe. Je me suis souvenue du printemps quand je me promenais  dans le parc et j’ai trouvé des images et des idées dans cet esprit.  J’ai essayé de faire des octosyllabes et des décasyllabes et puis les rimes au bout de chaque vers. C’était difficile et j’ai dû changer les rimes plusieurs fois et, bien sûr, chaque fois que je changeais une rime, le sens changeait. Heureusement, nous étions nombreux à travailler sur le poème. Ce qui était facile était de trouver des assonances et des allitérations – elles sont venues d’elles-mêmes. 

Julia

Au moment où je me suis mise à écrire ma strophe, le poème ne parlait que des négatifs du confinement. J’avais envie de détendre l’atmosphère un peu. C’était pour cette raison que j’ai choisi mon sujet, les positifs du confinement. J’ai essayé de créer des alexandrins avec des rimes suivies. J’ai eu de la chance que le mot “endormi” rime avec le mot “fleurit” parce que ça donnait un peu de personnification à ma strophe. J’ai utilisé des rimes pauvres parce que je n’arrivais pas à trouver des rimes plus riches qui garderaient le sens des vers.

Olly

J’ai écrit une strophe du poème, et quand je l’ai écrit on venait d’entendre parler de la découverte d’un vaccin, donc je voulais écrire une strophe sur ce sujet. J’ai essayé d’ écrire une strophe de quatre octosyllabes, avec des rimes pauvres et enjambées. Il y a un ou deux vers qui utilisent neuf syllabes, mais j’aime les mots dans ma strophe, et je ne voulais pas m’en débarrasser simplement pour suivre les conventions de la poésie classique !  Georges Brassens aurait été fier de moi.  J’aime les mots “butin” et “onirique” parce que je ne les utilise jamais au quotidien, et la poésie est une bonne façon de m’exprimer d’une manière inhabituelle! J’aime la phrase ‘la méthode scientifique’ aussi: c’est l’un des outils les plus importants dont on se sert, et c’est aussi le titre d’une émission sur la chaîne radio France Culture que j’aime beaucoup!

Jon 

J’étais le dernier à contribuer à notre poème  et quand j’ai lu ce que les autres avaient écrit j’ai été surpris de voir que personne n’avait écrit à propos du temps qui s’était écoulé  pendant ce confinement. Pour moi, le passage de ce temps  était unique au confinement car il s’était écoulé et  lentement et rapidement à la fois, aussi paradoxal que cela puisse paraître.   J’avais aussi envie de présenter le virus comme un tueur invisible. 

Pendant les semaines qui ont suivi, nous avons tous contribué.  Nous sommes assez fiers de vous présenter notre chef-d’œuvre “Le Confinement”.

Jason:

La création de strophes pour notre poème m’a attiré parce que j’ai été inspiré par notre travail sur George Brassens et la façon dont il composait ses chansons. Nous avons appris quelques règles de poésie et les avons ensuite appliquées aux chansons de Brassens. Nous avons ensuite essayé d’écrire notre propre poème. J’ai décidé de garder les choses simples en utilisant des octosyllabes et des rimes pauvres, mais j’ai essayé d’imiter Brassens dans la visualisation en utilisant l’imagerie de la marche avec le diable, évoquant son imagerie dans la chanson “La Mauvaise Réputation” où il écrit “En suivant mon chemin de petit bonhomme”, signalant l’idée que toute vie est un chemin, je pense qu’il aurait aimé ça.

Lauren:

Avant d’écrire mes strophes, je voulais penser à quelque chose qui résonnerait avec tout le monde.  Je voulais aussi écrire sur un sujet qui serait plutôt amusant que trop déprimant.  Je n’ai pas passé beaucoup de temps à réfléchir à la structure des strophes, j’ai juste utilisé les rimes pauvres.  Je n’ai pas pensé à utiliser des alexandrins / décasyllabes ou des octosyllabes.  Je voulais juste créer quelque chose rapidement !  Heureusement  que d’autres membres du groupe ont légèrement amélioré mes strophes par la suite. 

Pouvez-vous deviner qui a écrit les différentes strophes? Attention , certains ont écrit deux strophes.

Strophe 1 
Strophe 2
Strophe 3
Strophe 4
Strophe 5 
Strophe 6
Strophe 7
Strophe 8
Strophe 9 
Strophe 10
Strophe 11 

Many thanks to our talented students. If you would like to practise your French in friendly groups, do contact us at any time of the year.

Fields marked with an * are required