One of our talented students perfecting their French with Martine has written the following review for you all to read. Merci Kay, what wonderful vocabulary and interesting views, et quel style! Bravo.

Grâce à Dieu

François Ozon a réalisé ce film dramatique en partie pour défier l’omerta de l’Église catholique à la pédophilie – il dévoile les conséquences désastreuses de l’abus d’un prêtre et la complicité de l’Église – en partie pour les opportunités que ce sujet offre pour un scénario poignant.   Il raconte une histoire vraie.   Le film n’invente rien, tout a déjà été porté à la connaissance du public dans le procès conclu quelques mois après la sortie du film.  Le cinéaste a mis au jour le scandale des agressions sexuelles sur des mineurs, commises par un père Lyonnais pendant plus de vingt ans.   Trois hommes qui, après des longues tergiversations, et contre la désapprobation de leurs proches, ont le courage de porter plainte contre le prêtre aussi bien que contre le diocèse et le Cardinal Barbarin qui ont dissimulé les faits.   Trois acteurs ont incarné fidèlement les trois principaux plaignants.

Alexandre mène une vie bourgeoise à Lyon avec sa femme et cinq enfants.   Il est, et reste, pratiquant : la hiérarchie de l’Église et ses rituels empesés lui plaisent.   Il est réservé, plutôt mou. Toutefois, lorsqu’il découvre par hasard que le prêtre qui a abusé de lui au camp de scouts, travaille encore avec les enfants, les souvenirs longtemps réprimés font surface. Le Cardinal ne prend pas au sérieux l’accusation. Il doit agir.

François avait refoulé les souvenirs des abus jusqu’à ce que Alex le persuade de le rejoindre dans sa campagne.   C’est un homme furieux, caustique et impulsif.   Il a du mal à faire face à la situation mais en fin de compte il fonde un site sur Internet et trouve 85 victimes disposées à porter plainte.

Emmanuel a toujours été à la dérive.   Sa vie a été brisée à la suite des tourments qu’il a subis.   Il espère que son témoignage le libérera de ses démons.

On ne rencontre le prêtre et le Cardinal que lorsque les victimes leur rendent visite. On compatit avec le père qui a longtemps avoué ses problèmes et cherché en vain l’aide de l’Église. Il n’y a rien à admirer dans le personnage du Cardinal.  

Le film est beaucoup plus qu’une dénonciation des faits. C’est un film prenant, bouleversant et émouvant qui coupe le souffle.

If like Kay, you would like to perfect your French and discover French culture in a friendly group of like minded students, give us a call, we will be able to help in Bristol and in Bath. We have all levels to learn French in a relaxed atmosphere with our experienced native teachers.

Fields marked with an * are required